Actualités

Appel à contribution

RELIGIOLOGIQUES est une revue de sciences humaines qui s’intéresse aux multiples manifestations du sacré dans la culture ainsi qu’au phénomène religieux sous toutes ses formes. Elle s’intéresse également au domaine de l’éthique. Les articles qu’elle publie font l’objet d’une évaluation des comités de lecture spécialisés (à double insu ; habituellement sollicitation de trois expertises) et indépendants de son comité de rédaction.

« Éros et agapè »

Télécharger une version PDF de l’appel 

Contemporain du Tartare et de Gaïa, le dieu Éros apparaît, dans la cosmogonie hésiodique, comme le dieu de l’amour, dont la fonction première est de susciter le désir (épithumia). Engendré par l’union de la nuit et du vent, selon la tradition orphique; décrit par les anciens comme une créature ailée possédant deux sexes et quatre têtes, pouvant tantôt siffler comme un serpent et tantôt bêler comme un bélier, Éros fait naître des passions sexuelles désordonnées susceptibles de troubler l’ordre social. Selon Sophocle, il représente un pouvoir qui « gauchit l’esprit juste », interprétation qu’on retrouve également chez Euripide et Platon. Mais Éros possède également une valeur singulière chez le fondateur de l’Académie, en ce qu’il constitue « Le seul pont empirique entre l’homme tel qu’il est et l’homme tel qu’il pourrait être » (Dodds, 1966 : 211). Admettre la possibilité d’un tel « pont » serait suivre un chemin qui va des orphiques à Scot Érigène, en passant par Plotin et le pseudo-Denys. Cette sotériologie de l’ascension de l’âme selon l’éros s’opposerait au principe de l’agapè, par lequel Dieu, ayant seul l’initiative du salut individuel, s’abaisserait vers l’être humain dans un acte d’amour totalement gratuit, désintéressé et sans condition. Tel est la thèse centrale du théologien suédois Anders Nygren dans son plus important ouvrage, Éros et agapè : la notion chrétienne de l’amour et ses transformations, publié au début des années 1930.

Cette opposition entre éros et agapè n’est pas biblique. Les deux termes se trouvent d’ailleurs indistinctement utilisés par d’éminentes figures du christianisme des premiers siècles tels que Justin de Rome, Clément et Origène d’Alexandrie, Méthode d’Olympe et Grégoire de Nysse. Explicitement posée au XIXsiècle par un auteur qui n’avait rien d’un chrétien (Schopenhauer, dans Le fondement de la morale), l’opposition a été reprise par Nygren et interprétée à la lumière de la doctrine luthérienne de la grâce, faisant de l’agapè le « mobile fondamental » du christianisme, refusant toute valeur à l’éros comme Luther refuse toute valeur aux œuvres dans l’économie du salut.

Dans son opus magnum, Nygren fait de l’agapè la singularité même du christianisme, qu’il oppose non seulement à l’éros grec, mais également à un troisième « mobile » : celui du nomos, de la loi (Tōrah) issue de la tradition judaïque. Il s’agit d’une religion d’amour par obéissance où Dieu ne consent à prodiguer son amour qu’à ceux et celles qui obéissent à ses commandements (miṣwōt). L’acte d’amour n’y est donc pas spontané, mais prescrit. Il est un impératif. Or, la question se pose : aimer par obligation est-il encore aimer ? Aussi, à côté de l’éros et du nomos, où le sujet croyant doit prouver sa valeur pour mériter l’amour de Dieu (soit par obéissance, soit par piété), le mobile de l’agapè constitue une perspective radicalement nouvelle : c’est l’amour qui vient de Dieu qui crée la valeur du sujet croyant. La distinction est importante. Mais cela ne signifie-t-il pas, comme le suggère Jean-Luc Marion, que la distinction entre éros et agapè, telle que posée par Nygren, n’aurait pour toute condition de possibilité qu’une vision économique de l’amour, considéré comme une chose qui s’échange (Marion, 2003) ? Or, émancipé de la triple obligation de donner, recevoir et rendre, le don érotique (ou amoureux) n’est-il pas beaucoup plus radical que le don de l’anthropologie maussienne ?

Face à ce conflit entre deux mobiles n’ayant « aucun rapport entre eux » (Nygren, 2009), certains ont plutôt parlé de mise en tension (de Rougemont, 1972), de conjonction et de disjonction (Outka, 1972; Causse, 1999) ou encore d’une « unité originelle » (Cantalamessa, 2012). C’est dans un même esprit que Benoît XVI a repris le problème dans son encyclique Deus caritas est, affirmant qu’éros et agapè ne se laissent jamais complètement séparer. Qu’en est-il donc, aujourd’hui de cette question ? Éros et agapè sont-ils les deux dimensions d’une même réalité que subsume le terme amour ? S’agit-il plutôt d’une différence de nature ? Soit l’amour n’est qu’une forme signifiante du langage, soit il est autre chose. Et si cette chose est, peut-elle être donnée autrement que d’une manière antéprédicative ? Le langage saurait-il garantir la singularité d’une forme d’amour à l’exclusion de toutes les autres ? Et qu’en est-il des notions relatives au phénomène amoureux en dehors de la tradition occidentale ? Rencontre-t-on des problèmes de désignation semblables ou équivalents ? Par exemple, dans le cadre de la pensée islamique, les différents usages de mot ‘ishq relèvent-ils de considérations éthiques et religieuses ? Et dans quelle mesure l’opposition entre amour bédouin (hubb badawî) et amour citadin (hubb hadhârî) est-elle signifiante, en regard de notre problématique d’ensemble ?

Il est entendu que le problème « éros et agapè » est inhérent à la tradition chrétienne. Néanmoins, de nombreux liens existant entre amour, érotisme et religion ont été reconnus avant même que ne se soient constituées les sciences sociales. Et, précisément, les réformateurs sociaux du XIXe siècle, qui ont été des fondateurs de religions, n’ont rien ignoré du rôle fondamental que peut jouer l’amour dans un système religieux. L’amour est ce qui unit le disjoint : « Ainsi ils ne sont plus deux, énonce l’Évangile de Marc, mais ils sont une seule chair » (Mc 10, 8). Or ce principe est tout aussi bien celui de la loi d’amour de Saint-Simon que celui de la loi de l’attraction passionnée de Fourier. C’est celui qui oriente le triptyque positiviste (amour, ordre, progrès) et sur lequel s’adosse le principe d’égalité chez Leroux. Qu’est-ce que les sciences des religions peuvent dirent, aujourd’hui, des liens entre amour, érotisme et sexualité ? Nous proposons cinq axes de recherches :

  • Axe 1 – Érosagapè et le démon du classement
  • Axe 2 – L’amour dans la religion et pour la religion
  • Axe 3 – Amour et légalisme : loi d’amour et amour de la loi 
  • Axe 4 – Amour, logique du don et réciprocité
  • Axe 5 – Éros sans agapè et agapè sans éros

Série de livres pour les articles en anglais portant sur les études religieuses

Advancing studies in Religion propose une série de livres avec des articles écrits par et pour nos membres de la communauté scientifique en sciences religieuses. L’appel à contribution est actuellement ouverte. Plus d’informations ici:


 »Advancing Studies in Religion catalyzes and provokes original research in the study of religion with a critical edge. The book series advances the study of religion in method and theory, textual interpretation, theological studies, and the understanding of lived religious experience. Rooted in the long and diverse traditions of the study of religion in Canada, the series demonstrates awareness of the complex genealogy of religion as a category and as a discipline. ASR welcomes English-language book manuscript submissions from authors researching religion in varied contexts and with diverse methodologies. »

Nouveau concours de la SQÉR!

Nous vous présentons la première édition de notre concours des meilleurs mémoire et thèse de doctorat! Nous attendons vos candidatures d’ici juin 2022. Au plaisir de vous lire!

Conférence : La religiosité, les attitudes envers les immigrants et l’impact de la sécularisation

Sarah Wilkins-Laflamme (University of Waterloo) présentera une conférence « La religiosité, les attitudes envers les immigrants et l’impact de la sécularisation » le mercredi 20 février 2019 à 12h, à l’Université de Sherbrooke.

Lieu : Université de Sherbrooke, Campus principal, Local A9-130

Description : 

Malgré une attention médiatique et académique particulière autour de la question du religieux et de ses influences au sein des idéologies de droite en Europe et en Amérique du Nord, on connaît toujours peu quant aux liens entre les niveaux de religiosité des individus et leurs attitudes plus ou moins favorables envers l’immigration. À partir d’une analyse de données de sondage du International Social Survey Programme (ISSP) touchant 25 pays, cette présentation abordera les tendances de ces attitudes parmi les moins et les plus religieux en société, ainsi que les facteurs micro- et macro-sociologiques qui expliquent ces différences.

Cette conférence est coorganisée par le SoDRUS et la Chaire de recherche Droit, religion et laïcité (Université de Sherbrooke).

 

Conférence et concert : Mémoire et histoire de Séfarad

Les Belles soirées (Université de Montréal) organisent une conférence et un concert le mardi 19 février 2019, de 19:30 à 21:30, au Musée McCord (Théâtre J. Armand Bombardier).

Conférencière : Guadalupe González Diéguez, IÉR (Université de Montréal).

Description de la conférence :

Un dialogue entre musique, poésie et histoire…

Dans la Bible, le mot « Séfarad » désigne une mystérieuse contrée lointaine que la tradition postérieure a assimilée à la péninsule ibérique. À la suite de l’expulsion des juifs de l’Espagne en 1492, la culture séfarade se développe dans les régions d’accueil : le nord de l’Afrique, quelques pays européens et l’Empire ottoman, où Séfarad est remémorée et recréée nostalgiquement comme une deuxième « patrie » perdue. À travers un dialogue entre musique, poèmes et histoire, nous montrerons l’imbrication d’histoire et de mémoire dans la culture séfarade de l’est de la Méditerranée (Salonika).

Ensemble musical : l’Ensemble séfarade et méditerranéen ESEM).

Fondé en 2007 par Hélène Martinez, l’ensemble séfarade et méditerranéen (ESEM) concilie tradition et création, s’inspirant de différentes approches des répertoires séfarade et du Moyen-Orient, ainsi que des musiques classique et ancienne. Issu de formations musicales diverses, chaque musicien apporte une touche particulière à ce qui constitue un véritable travail collectif. ESEM a reçu en 2014 le prix Opus du disque de l’année – musiques du monde, décerné par le Conseil québécois de la musique pour son premier album. L’Ensemble a également été lauréat du prix Choix du public, attribué par le Conseil des arts de Montréal pour son spectacle Salonika, chants séfarades de Thessalonique.

Informations, billets et programme sur le site des Belles soirées.

Étienne Gilson et l’Amérique du Nord

Florian Michel, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, donnera une conférence le mercredi 7 février 2019 à 12h, dans le cadre des Midis du CIÉQ, à l’Université Laval.

Pavillon De Koninck, local 3244, Université Laval.

Présentation de la conférence :

Étienne Gilson (1884-1978), universitaire de renommée mondiale pour ses travaux en histoire de la philosophie médiévale, fut aussi très engagé dans les affaires du siècle. Prisonnier de guerre en Allemagne, il est l’un des premiers à décrire les horreurs de la famine en Ukraine (1922). Il crée l’Institut d’études médiévales de Toronto, publie des centaines d’articles dans la presse quotidienne et participe aux conférences fondatrices de l’ONU. Au seuil de la Guerre froide, il n’est ni pour Sartre, ni pour Aron, et prône, lors de la signature des accords de l’OTAN, la neutralité et le non-alignement de l’Europe. Intellectuel chrétien, au plein sens du terme, il permet de comprendre comment l’on passe d’un modernisme critique d’avant la Première Guerre mondiale à un thomisme libéral et à Vatican II, avant de donner la mesure de la crise post-conciliaire. Étienne Gilson entretient un lien étroit et spécifique avec l’Amérique du Nord : il fut professeur à Harvard, directeur de l’Institut d’études médiévales de Toronto, longtemps également directeur de l’Institut Scientifique Franco-Canadien. C’est ce lien étroit qui sera plus particulièrement présenté.

Colloque « La judéité dans les sciences humaines et sociales »

Organisé par des étudiant.e.s montréalais à la maitrise et au doctorat, par l’Institut d’études juives, l’université Concordia, l’Université de Montréal et l’Academy for Jewish Research, le colloque bilingue et inter-disciplinaire la judéité dans les sciences sociales et humaines se tiendra à l’Université de Montréal les 5 et 6 février 2019. Il propose à la fois de mettre l’accent sur les recherches réalisées par les étudiant.e.s à la maitrise, les doctorant.e.s et les jeunes chercheurs dont les objets sont liés de près ou de loin à la judéité et de les rassembler avec des universitaires plus confirmés au sein d’ateliers thématiques.

Informations et programme sur la page Facebook du collectif Judéités.

Appel à contributions : 86th Annual Meeting of the CCHA (Canadian Catholic Historical Association)

La CCHA tiendra son 86e congrès à l’Université de Colombie Britannique les 5 et 6 juin 2019, dans le cadre du congrès 2019 de la Fédération des Sciences humaines (Federation for the Humanities and Social Sciences). La thématique générale du congrès porte sur les « cercles de conversation ».

Annonce de l’appel à communications (en anglais) :

The CCHA invites proposals for scholarly papers, especially those dealing with the Congress theme as it relates to Canadian Catholic history, but papers dealing with any aspect of the history of the Catholic Church or Catholicism in Canada are also welcome. Papers presentedat the conference will be eligible for consideration for publication in the CCHA’s annual peer- reviewed journal, Historical Studies.

Proposals for either individual papers, or entire sessions, or round tables of two or three related papers, are welcome. For individual papers, please submit a maximum 250-word proposal and one-page curriculum vitae. For panels or roundtable sessions, please send a maximum one-page proposal for the entire session and curriculum vitae for each participant. Papers suitable to be presented in a joint session with the CSCH (Canadian Society of Church History) are also welcome. Curriculum vitae should include email and postal addresses. Note: Please provide information about audiovisual services required for the presentation.

Prospective presenters are encouraged to become members of the CCHA, and student memberships are available. Additional information about past conferences, membership, publications, etc., is available at the Canadian Catholic Historical Association’s website:www.cchahistory.ca. Information about Congress 2019 is available at congress2019.ca

Please send proposals via email by Friday, February 15, 2019 to:
Dr. Peter Ludlow (CCHA President and Program Chair) pludlow@cchahistory.ca

Even if you are unable to present a paper this year, we hope you will plan to attend the CCHA Annual Conference at the University of British Columbia!

Appel à contributions : Les nouvelles approches du religieux en sciences humaines et sociales

Bernard Gagnon et Daniel Proulx préparent un ouvrage collectif à paraître aux Presses universitaires de l’Université Laval (Québec), pour lequel un appel à contributions est ouvert.

Issu d’une collaboration entre la Chaire de recherche du Canada – Islam, pluralisme et globalisation de l’Université de Montréal et l’Équipe de recherche Ethos de l’Université du Québec à Rimouski, ce projet invite à penser les positionnements nouveaux contenus dans les recherches sur le religieux. Les pratiques et approches des différents intervenants du religieux offrent un espace d’actualisation, de prise de conscience et d’autocritique autour de la transformation actuelle du champ du religieux et des sciences humaines.

L’ensemble de l’argumentaire est disponible en ligne.

Les propositions de contribution (300 mots) doivent être acheminées  aux adresses suivantes : bernard_gagnon [a] uqar.ca,  daniel.proulx2 [at] gmail.com et epara012 [at]] uottawa.ca.

Il est à noter que le délai des propositions a été prolongé et il est encore possible de soumettre une proposition (avant le 23 décembre 2018 – information transmise par Daniel Proulx).

À la suite de l’acceptation de la proposition, les contributions (7000 à 8000 mots) devront être soumises avant le 1er avril 2019, respecter le protocole de rédaction de l’ouvrage et être accompagnées d’un résumé en français ainsi que d’une courte présentation biographique.

Source de l’information : https://calenda.org/518111

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑